Leonard de Vinci est connu pour avoir grandement contribué à la technique de la perspective atmosphérique (on peut lire aussi "aérienne" ou "chromatique"). Dans la pratique on connait moins bien ses astuces ingénieuses pour améliorer sa compréhension de ce qu'il peignait. Voici un extrait de ses manuscrits que j'ai dégoté à la bibliothèque Toussaint d'Angers, il y traite de sa technique du morceau de verre :

"Pour s'exercer à cette perspective de variation et de perte ou diminution que subit l'essence propre des couleurs, prends dans la campagne, à cent brasses les unes des autres, des choses diverses- arbres, maisons, hommes, sites - mets devant le premier arbre un morceau de verre bien assujetti et que ton œil s'y pose; trace un arbre sur le verre en suivant les contours de l'arbre véritable. Ensuite écarter le verre de telle sorte que l'arbre naturel semble presque toucher celui que tu as dessiné. Colore ensuite ton dessin pour que tous deux soient identiques de forme et de couleur, et qu'en fermant un œil tous deux paraissent peints sur le verre, à égale distance de toi. Procède de même pour un deuxième et un troisième arbre, chacun à cent brasses de l'autre. Que ceux-ci te servent de modèles et de maîtres, quand tu travailleras à des tableaux où ils peuvent trouver leur emploi. Grâce à eux les lointains de l'oeuvre seront bien figurés."

 

La référence à la médiathèque Toussaint

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *